Editorial – Mars 2018

Éditorial demars 2018

 

 

Sa puissance dans ma faiblesse

« Et il m’a dit : Ma grâce te suffit, car ma puissance s’accomplit dans la faiblesse. Je me glorifierai donc bien plus volontiers de mes faiblesses, afin que la puissance de Christ repose sur moi » (2 Co 12.9)

Après un moment de lutte dans la prière pour sa guérison, l’apôtre Paul reçoit cette révélation du Seigneur : « Ma puissance s’accomplit dans la faiblesse. » Il faut d’abord qu’il soit « vidé » de lui-même, de sa force, de ses ambitions personnelles, pour pouvoir réaliser : « Quand je suis faible, c’est alors que je suis fort. » (2 Co 12.10).

Combien de fois n’avons-nous pas essayé de triompher dans la vie chrétienne par nos propres forces ! Plus je vais compter sur mes capacités, sur mes relations et mon raisonnement pétri de sagesse humaine, et moins je laisserai à Dieu l’occasion de se manifester puissamment.

Le Seigneur semble parfois attendre le dernier moment pour agir : quand il n’y a plus de solution, lorsqu’on est prêt à tout abandonner, alors nous sommes obligés de reconnaître notre faiblesse.

Cette faiblesse n’est pas un sujet de désespoir. C’est une réalité qui nous permet de venir à Dieu avec humilité et de nous ouvrir à son action puissante dans notre vie.

Jean-Marc Botteron